Prendre la décision de vendre en viager

Sous peu, vous envisagez de partir en maison de retraite et vous n’avez pas la moindre envie de laisser votre maison ou votre appartement à l’abandon. Et pourquoi ne pas le vendre en viager ?

Les différentes versions de viager

Il faut savoir qu’il existe 3 sortes de ventes viagères. La plus courante est le viager occupé, c’est-à-dire que vous continuez à vivre dans les lieux jusqu’au bout, en échange d’une rente.

Ensuite, vous avez le viager libre, où le futur propriétaire peut occuper les lieux sans attendre, tout en vous versant une somme d’argent mensuellement.

Et enfin, il y a la vente à terme. Comme le viager occupé, le vendeur occupe les lieux, mais seulement pendant un laps de temps qui a été déterminé à l’avance, et toujours en contrepartie d’une rente.

Les différences avec le viager classique

Contrairement aux autres formes de ventes en viager, les rentes mensuelles du viager à terme ne sont pas imposables. Si le vendeur décède prématurément avant la fin du contrat, elles doivent continuer à être versées, mais au profit des héritiers. Ce type de vente en viager est souvent utilisé par des crédirentiers d’un âge plutôt jeune, qui décident d’occuper le bien jusqu’à la date butoir ou de le libérer dès la signature du contrat de vente.

Les commentaires sont fermés.